Ghana: Réduction de 50% de taxes sur les importations de certains produits

Dans sa stratégie de lutte contre la contrebande et le détournement, le gouvernement réduira de 50% la valeur des importations de certains produits dans les ports du Ghana.

Lors d’une assemblée publique mercredi, Le vice-président Mahamudu Bawumia a déclaré que la valeur des importations de également réduite de 30% à compter du jeudi 4 avril 2019.

«Pour réduire l’incidence de la contrebande et augmenter les revenus, les valeurs de référence pour les importations seront réduites de 50%. Cependant, pour les véhicules, la réduction sera de 30% », a déclaré le vice-président.

Cette décision fait suite à des appels de groupes tels que l’Union ghanéenne des associations de commerçants (GUTA) visant à revoir les taxes et droits élevés applicables aux articles importés.

Le président Nana Akufo-Addo avait déjà assuré que le gouvernement réglerait bientôt la question.

«Les études que nous avons effectuées nous ont montré que nos ports n’étaient pas concurrentiels et que le régime d’importation dans notre pays était beaucoup trop élevé. Nous nous en occupons et, très bientôt, les mesures que le gouvernement va mettre en place seront connues de vous tous. »

« Je ne parlerai pas l’année prochaine, ni dans six mois, mais très très bientôt », a-t-il déclaré lors d’une assemblée publique réunissant des Ghanéens résidant à Worcester, dans le Massachusetts, aux États-Unis.

M. Bawumia s’est dit préoccupé par ce qu’il a appelé les taxes portuaires exorbitantes lors de la réunion, en déclarant que «de nombreuses taxes portuaires représentent un pourcentage de la valeur des marchandises, ce qui les rend extrêmement exorbitantes et parfaitement justifiables. Pourquoi le coût de la numérisation d’un conteneur, des frais d’examen de véhicule, des frais de réseau correspond-il à un pourcentage de la valeur des marchandises contenues dans le conteneur? « 

«Nous avons une pratique très archaïque lorsque les importateurs sont incapables de payer leurs droits, leurs voitures et leurs produits sont confisqués et vendus aux enchères à un prix très avantageux. Souvent beaucoup moins que le devoir dû. Pour les importateurs, le choix est clair: il y a un détournement croissant des échanges commerciaux du port de Tema et la contrebande de nombreux articles au Ghana est très tentante », a déclaré le vice-président.

Des syndicalistes, GUTA et d’autres parties liées ont demandé au Conseil d’État de les préserver des poursuites.

«Les droits de douane sur les articles électriques étaient de 10%. Le gouvernement a maintenant augmenté à 20%. Si vous ajoutez les autres taxes, y compris la TVA et les expéditeurs, plus les 20%, vous vous dirigez vers 50%. Nous demandons au gouvernement de l’examiner car nous avons un déficit énorme », s’est plaint un importateur à Citi News.

Ce qui a suivi a été une réunion entre le conseil et le président sur le sujet où les griefs des importateurs ont été diffusés.

Lors de la réunion avec le président, Nana Otuo Serebuo II, présidente du Conseil, a déclaré que sa réunion avec les importateurs et les exportateurs avait révélé un mécontentement croissant face à ce qu’ils appellent des taxes exorbitantes dans le pays.

Le conseil a également eu des entretiens avec un certain nombre de parties prenantes, notamment le ministre des Finances, Le ministre du Commerce et de l’Industrie, le commissaire de la division des douanes de l’autorité fiscale du Ghana (GRA), et la direction de la GUTA.

Certains des droits d’importation les plus élevés se trouvent en Afrique, où le Gabon se distingue avec 16,93%.

Selon la Banque mondiale, les Bahamas sont le pays où le tarif moyen pondéré le plus élevé au monde est de 18,6%.

La réunion, qui visait à informer les Ghanéens de l’évolution de la situation au Ghana, s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle initiative lancée par le ministère de l’Information.

La réunion intervient à un moment où le CEDI ghanéen connaît des problèmes de stabilité après sa sortie du programme de crédit élargi du FMI.

Source: citinewsroon.com

 

By |2019-04-05T14:49:24+00:00avril 5th, 2019|Conseils Fiscaux|0 Comments

Leave A Comment