Perspective de la comptabilité et de l’audit à l’ère de l’adoption de la Blockchain ou du grand livre distribuée. Par Dr. Julius Eka, Expert comptable

The Original tilte of this article is  » An Accounting and Audit Perspective of the adoption of Blockchain or Distributed ledger Technology »

This article is translated in french by Ghislain Kuitchoua, Senior Legal Counsel.

Ce document analyse l’impact de la Technologie Blockchain sur le fonctionnement  de  la comptabilité et de l’audit. La Blockchain enregistre et stocke numériquement tous les types de transactions, y compris les actifs, les passifs, et fournit des méthodes pour enregistrer les flux de trésorerie. Il est donc fondamental pour le secteur de la comptabilité qui, pendant longtemps s’appuyait sur des traces écrites et même sur des technologies basées sur le cloud pour s’acquitter de fonctions de comptabilité d’audit d’embrasser la nouvelle technologie.

INTRODUCTION

La Blockchain est devenue la technologie de base de Bitcoin, un réseau de monnaie numérique décentralisé introduit par une personne inconnue ou utilisant le nom Satoshi Nakamoto en 2008. Contrairement à la monnaie physique telle que les pièces de monnaie et les billets de banque, la monnaie numérique est une forme de monnaie ou de monnaie électronique basée sur Internet permettant des transactions instantanées et des transferts de propriété sans frontière.

La technologie principale de la technologie Blockchain repose sur le fait qu’elle permet une communication pair-à-pair entre des parties qui ne se connaissent pas pour effectuer des transactions sans recourir à un intermédiaire de confiance traditionnel, tel qu’une banque ou un réseau de traitement des paiements.

La Blockchain utilise la cryptographie ou le cryptage pour garantir la sécurité des transactions. Les conséquences de ce développement technologique fondamental sont importantes pour les comptables et les auditeurs.

Cet article présente la technologie Blockchain et tente par la suite d’identifier certains aspects de cette technologie qui auraient un impact important sur les pratiques de comptabilité et d’audit.

Caractéristiques de la technologie Blockchain

La Blockchain peut être définie comme un grand livre basé sur Internet et créé pour capturer les transactions entre les différents participants du réseau. Fondamentalement, la Blockchain consiste en un enregistrement de données appelées «Blocs» qui sont liés les uns aux autres de manière sécurisée ou en utilisant des principes cryptographiques.

La cryptographie consiste à protéger les informations et les communications au sein du réseau Blockchain à l’aide de codes, de sorte que seules les personnes auxquelles les informations sont destinées puissent les lire et les traiter. La Blockchain est gérée par tous les ordinateurs du réseau et aucune entité ne peut revendiquer la propriété des données. Un enregistrement dans le réseau Blockchain est immuable, car il inclut toutes les transactions depuis sa création.

Les participants à la Blockchain peuvent être des personnes ou des entreprises connectées à la base de données partagée, chaque personne ou entreprise conservant une copie identique du grand livre. Lorsqu’un participant du réseau effectue une entrée, tous les autres participants sont immédiatement communiqués en utilisant un mécanisme prédéterminé qui valide la transaction.

En règle générale, chaque transaction dans la Blockchain représente une valeur qu’un participant souhaite échanger avec un autre participant ou d’autres personnes du réseau. Une fois la transaction validée, tous les participants peuvent voir la copie exacte des nouvelles informations, assurant ainsi la transparence et la responsabilité des transactions au sein de la Blockchain.

Les informations contenues dans un «bloc» sont constituées de plusieurs transactions qui font référence aux informations des blocs précédents liés entre elles, de sorte que chaque participant conserve des copies identiques des transactions du grand livre distribué. Dans la Blockchain, les participants peuvent ajouter de nouvelles transactions et ces ajouts sont horodatés. Un participant ne peut pas supprimer ou modifier des entrées après leur validation, car la nouvelle transaction ne serait pas synchronisée avec le reste du réseau.

Étant donné que la transaction initiée par un participant doit être vérifiée, validée et stockée par plusieurs ordinateurs répartis dans des endroits différents, modifier ou falsifier un seul enregistrement signifierait qu’il serait pratiquement impossible de le faire dans toute la chaîne de plusieurs ordinateurs. En fait, la transaction initiée par n’importe quel participant de la Blockchain est un enregistrement unique avec une histoire unique !!

Contrairement à la plupart des systèmes existants, la Blockchain ne possède pas d’administrateur central. En résumé, la technologie Blockchain présente les caractéristiques suivantes qui la différencient des autres bases de données existantes que nous connaissons bien:

1) La Blockchain est une base de données partagée dans laquelle de nombreuses copies «identiques» du registre Blockchain se trouvent à plusieurs endroits dans des millions d’ordinateurs dispersés dans plusieurs régions géographiques, tous les membres du réseau ayant accès à la copie exacte complète. Par conséquent, aucun rapprochement de la base de données n’est requis! Parfois, il est appelé «grand livre distribué».

2) Les informations contenues dans la Blockchain peuvent être considérées comme permanentes, car les transactions enregistrées ne peuvent être modifiées ni modifiées sans l’accord des autres participants du réseau.

3) Chaque participant a la même information validée dès le début. Cette information est disponible et peut toujours être vérifiée par le participant.

4) L’avantage de disposer d’un grand livre distribué d’informations identiques rend la Blockchain plus fiable que d’autres bases de données connues. De plus, étant donné que tous les participants du réseau ont des copies identiques du grand livre, celui-ci peut être facilement disponible même si un participant se déconnecte.

5) La Blockchain conserve une piste de vérification et un enregistrement vérifiable de chaque transaction effectuée depuis sa création, évitant ainsi la duplication des enregistrements.

6) L’introduction de «contrats intelligents», qui est un code développé au sein de la Blockchain pour améliorer le processus de passation des marchés, constitue un développement important. Un contrat intelligent automatise le processus de passation de marché en fournissant des mécanismes de surveillance et d’application qui requièrent une intervention humaine minimale.

Comment la technologie Blockchain affecte-t-elle les pratiques de comptabilité et d’audit?

A- EFFET DU CONCEPT DU GRAND LIVRE DISTRIBUE

Les comptables et les auditeurs sont familiarisés avec le grand livre centralisé appelé «grand livre», utilisé par tous les systèmes de comptabilité existants et généralement utilisé comme référentiel central des données comptables. En outre, dans les services financiers, les réseaux bancaires, par exemple, gèrent des systèmes centralisés et servent d’intermédiaires pour les transactions financières entre deux parties. Les informations sont conservées dans les processeurs centralisés, chaque processeur centralisé conservant son propre grand livre séparé. La comptabilité s’est toujours appuyée sur le concept de «double entrée», un système centralisé et des contrôles internes pour assurer le contrôle. Cependant, le système centralisé présente plusieurs vulnérabilités.

1) Contrairement à la Blockchain ou au grand livre distribué, toutes les données d’un système centralisé sont regroupées au même endroit et vulnérables aux pirates informatiques.

2) Si le système centralisé passe par une mise à niveau logicielle, le système de comptabilité de l’organisation est entièrement arrêté.

3) Contrairement à la Blockchain où plusieurs participants ont des copies identiques du grand livre, l’accès aux informations dans un système centralisé risque de ne pas être possible si le système s’arrête.

4) Le système centralisé est également vulnérable aux pirates informatiques qui peuvent corrompre les informations dans l’ensemble du système. Cela ne peut pas être possible dans une configuration de grand livre distribué, car tous les ordinateurs du réseau ne peuvent pas être corrompus ou piratés en même temps.

Une base de données de grand livre distribué est telle que des informations identiques sont partagées sur un réseau de milliers voire de millions d’ordinateurs situés à plusieurs endroits et que toutes les entrées publiées par l’initiateur sont reflétées presque immédiatement dans toutes les copies du grand livre! Contrairement à certains systèmes centralisés qui peuvent parfois se limiter à des données financières, les informations contenues dans le système de grand livre distribué peuvent être financières, juridiques, physiques ou électroniques. De plus, les transactions sont sécurisées par cryptographie ou cryptage.

Du point de vue de la comptabilité, la Blockchain apporte un changement fondamental dans la manière dont les enregistrements financiers sont créés, conservés et mis à jour. Les enregistrements de la Blockchain sont détenus par plusieurs utilisateurs répartis sur l’ensemble du réseau et aucun particulier ou entreprise ne peut en revendiquer la propriété. La vérification est effectuée par tous les participants de la Blockchain qui conservent un enregistrement permanent de la transaction validée.

Par conséquent, le système crée des enregistrements identiques appartenant à tous les participants et disponibles en permanence avec tous les participants du réseau. Étant donné que toutes les parties ont accès à la même copie du grand livre, le rapprochement des comptes, processus clé de la comptabilité, est éliminé. Les entreprises subiraient une réduction des coûts associés à la maintenance et au rapprochement des grands livres. En outre, les actifs qui sont généralement détenus dans des systèmes autonomes centralisés seront conservés de manière permanente dans le grand livre distribué, ce qui réduira le coût d’acquisition de ces systèmes et offrira une certitude absolue sur leur existence.

En outre, la technologie libérerait les comptables de certaines tâches banales, et redondantes. Potentiellement, le niveau élevé d’automatisation fourni par la Blockchain sur des fonctions au niveau des transactions telles que la comptabilité et les rapprochements manuels inciterait les organisations à réduire l’effectif dans ces domaines, en s’appuyant davantage sur des comptables professionnels de niveau supérieur (CPA ou comptables agréés) pour se concentrer sur la planification. et activités d’évaluation. Cependant, Blockchain a encore quelques limitations. Les exemples comprennent:

1) La Blockchain peut contenir tous les enregistrements, mais le comptable aurait besoin de compétences spécifiques en matière d’évaluation pour évaluer la valeur économique de la transaction.

2) La chaîne de blocs peut contenir tous les actifs, mais le comptable serait toujours nécessaire pour déterminer si elle a perdu de la valeur.

3) La méthode de comptabilisation de certains instruments financiers tels que les dérivés devra encore être déterminée par des comptables possédant ces compétences spécifiques.

4) Blockchain fournirait des informations vérifiables sur la propriété d’un actif, mais le comptable serait toujours nécessaire pour déterminer l’état, la localisation et la valeur réelle de l’actif.

5) Bien que la réconciliation des comptes soit éliminée, le fait que la chaîne de blocs ne permette pas la modification des données entraîne la conservation de données importantes dans le bloc. Par conséquent, il faudrait faire appel à des comptables ayant des compétences spécialisées dans la chaîne de blocs pour analyser périodiquement ces données.

Du point de vue de l’audit, toutefois, l’environnement Blockchain entraînerait des CHANGEMENTS SIGNIFICATIFS dans la démarche d’audit:

1) La Blockchain fournirait aux auditeurs l’accès à des données en temps réel, réduisant ainsi le temps et les coûts nécessaires à l’obtention des données. Cela rendrait l’audit plus efficace et efficient!

2) La dépendance à l’égard des processus d’extraction et d’analyse manuelle des données, qui demandent généralement beaucoup de travail et de temps, serait réduite. La réduction du temps passé sur les audits pourrait potentiellement reproduire les frais d’audit facturés aux clients d’audit.

3) La technologie Blockchain permettrait d’améliorer les activités d’audit, car les auditeurs seraient en mesure d’utiliser le réseau numérisé fourni par la technologie pour concevoir des techniques d’audit automatisé.

4) Certains systèmes Blockchain offrent des améliorations telles que le «contrat intelligent» offrant au vérificateur un accès à la documentation liée au contrat (accords, bons de commande, factures, etc.) facilitant l’audit des contrats à long terme.

5) Les informations fournies dans la Blockchain étant fiables, car elles ne peuvent être ni modifiées ni falsifiées, l’environnement de la Blockchain renforcerait la capacité de l’auditeur de se conformer à l’objectif de base de l’audit qui consiste à démontrer que les états financiers ne contiennent pas d’inexactitudes importantes.

Cependant, les défis sont nombreux !! Identifions certains !!

1) Bien que les données soient facilement disponibles et puissent être obtenues directement auprès de la Blockchain, l’auditeur doit évaluer le risque que ces informations soient inexactes, en raison d’erreurs ou de fraudes, étant donné qu’elles sont enregistrées par l’entité auditée.

2) Quelle est la fiabilité des informations obtenues à partir de la Blockchain? L’auditeur aurait besoin de compétences spécialisées telles que la connaissance des contrôles informatiques généraux dans un environnement de contrôle Blockchain.

3) Quelle est la possibilité que le flux de transactions dans la Blockchain puisse être manipulé? Le vérificateur aurait besoin de comprendre les protocoles dans un environnement blockchain.

4) Les méthodes comptables sont-elles conformes aux principes comptables généralement reconnus des États-Unis ou aux normes internationales d’information financière (IFRS)? Qu’en est-il des zones grises dans le monde numérique qui ne sont pas traitées par les normes USGAAP ou IFRS, telles que les actifs et les passifs numériques !!

5) Les auditeurs seront également confrontés à des défis liés à la refonte des procédures d’audit afin de gérer les risques identifiés dans l’environnement numérique Blockchain, ce qui nécessiterait des investissements importants en ressources humaines et en technologie.

6) Étant donné que certaines organisations pourraient ne pas adopter la technologie Blockchain sans y être obligée par la loi, les sociétés d’audit devraient maintenir deux ensembles de technologies d’audit à utiliser par les deux types de clients.

7) Bien que la technologie Blockchain offre aux auditeurs un environnement plus robuste leur permettant d’obtenir des informations fiables, un jugement professionnel peut encore être exercé. Par exemple, analyser des estimations comptables ou prendre d’autres jugements lors de la préparation des états financiers.

8) Peu importe la fiabilité ou l’automatisation de l’environnement Blockchain, l’auditeur doit encore évaluer et tester les contrôles internes relatifs à l’intégrité des données de toutes les sources d’informations financières.

B – EFFET DES PROPRIETES DE TRANSPARENCE ET D’IMMUTABILITE DE LA BLOCKCHAIN

Nous avons vu ci-dessus que la Blockchain fournit la transparence, car un enregistrement est conservé pour chaque transaction effectuée et que la transaction ne peut être ni falsifiée ni modifiée. En outre, la transaction peut être facilement suivie et le système conserve un enregistrement vérifiable.

L’immuabilité dans le contexte de la Blockchain signifie qu’une fois l’enregistrement entré dans la Blockchain, il ne peut plus être falsifié. Ça a l’air génial!! Cela est dû à la propriété cryptographique ou de chiffrement de la chaîne de blocs. Parce que la Blockchain fournit un enregistrement transparent et immuable de toutes les données comptables, elle offre aux comptables et aux auditeurs la possibilité de rationaliser leurs processus, tout en veillant à l’exactitude des enregistrements.

Du point de vue de l’audit, la transparence garantit un niveau élevé d’exactitude, la mise en place de processus d’audit appropriés et la responsabilité de chaque partie impliquée dans le processus d’audit. L’auditeur est tenu de fournir une assurance raisonnable que les états financiers d’une société ne comportent pas d’inexactitudes, ainsi que d’évaluer que les opérations enregistrées sont étayées par des éléments de preuve précis, objectifs, vérifiables, pertinents et fiables. Les procédures de l’auditeur reposent sur des réclamations ou des affirmations de la direction d’une société concernant ses états financiers. Par exemple:

Précision. Toutes les informations contenues dans les états financiers ont été correctement enregistrées.

Etat complet. Les états financiers contiennent toutes les informations qui auraient dû être fournies pour que les lecteurs aient une image complète de la situation financière de l’entité.

Période d’exercice. Les transactions ont été enregistrées au cours de la période de déclaration correcte.

Existence. Les transactions ont eu lieu au cours de l’année et il n’y a pas de transactions frauduleuses.

Droits et obligations. La société a droit aux actifs présentés dans ses états financiers et présente toutes ses obligations en tant que passifs.

Compréhensibilité. Les informations contenues dans les états financiers sont clairement présentées, sans aucune intention d’induire les utilisateurs en erreur.

Évaluation. La valeur des transactions indiquées dans les états financiers est exacte.

Bien que les transactions dans la Blockchain puissent être considérées comme transparentes et immuables, l’auditeur devra néanmoins concevoir des procédures d’audit permettant de fournir des éléments probants suffisants et appropriés concernant toutes les assertions contenues dans les états financiers. Par exemple, la Blockchain peut fournir des preuves sur l’exactitude et l’exhaustivité d’une transaction d’actif mais l’auditeur ne serait pas en mesure de déterminer si la propriété était frauduleuse (droits et obligations).

CONCLUSION

La technologie Blockchain offre l’occasion de rationaliser les processus de reporting financier et d’audit. Certains documents, tels que les rapprochements de comptes fournis aux auditeurs, risquent de ne plus être utiles dans un monde en chaîne. L’auditeur peut avoir un accès en temps réel à l’information, mais cela nécessiterait d’énormes investissements en technologie et en ressources humaines pour auditer en permanence les organisations dans l’environnement Blockchain.

De nombreuses activités à forte intensité de main-d’œuvre telles que l’extraction manuelle des données seraient supprimées, ce qui améliorerait l’efficacité des audits. La technologie Blockchain réduirait également de manière fondamentale le temps d’audit et les investissements de la société dans des activités comptables redondantes. Cela dit, la technologie Blockchain peut être considérée comme une RÉVOLUTION dans le secteur financier qui devrait garder les comptables en éveil !!

 A propos de l’auteur,

Dr. Julius E. Abia DBA, M.Ing., CIA, FCCA, CPA –  Chercheur en Blockchain est un cadre expert en comptabilité et en audit possédant plusieurs années d’expérience en comptabilité publique et en comptabilité des entreprises. L’auteur possède une connaissance approfondie des principes comptables généralement reconnus aux États-Unis (USGAAP) et des normes internationales d’information financière. Dr, Julius Abia Effectue actuellement des recherches approfondies sur la technologie de la Blockchain et sur la possibilité d’apporter des modifications au secteur de la comptabilité.

Affiliations:

Membre de l’American Institute of Certified Public Accountants (AICPA)

Membre de l’Association des comptables agréés (FCCA)

Membre de la Virginia Society of Certified Public Accountants (VSCPA)

Membre de l’Institut des auditeurs internes (IIA)

By |2019-07-23T11:44:38+00:00juillet 23rd, 2019|Experts Comptables|Commentaires fermés sur Perspective de la comptabilité et de l’audit à l’ère de l’adoption de la Blockchain ou du grand livre distribuée. Par Dr. Julius Eka, Expert comptable